Voilà quelques années en arrière, meurtri par la peine et la peur,
J’ai franchi les portes du stade Aimé Giral, à la recherche d’un soutien,
J’avais au plus profond de moi-même, ce désir incalculable et dévastateur,
De vaincre coute que coute la Mucoviscidose qui était devenu mon quotidien.

Surpris j’ai été par cet élan instantané de générosité, du Président aux joueurs,
Des dirigeants aux éducateurs, tout le monde s’est uni dans cette mêlée,
Cette mêlée de la vie pour combattre la maladie frappant ici ou ailleurs,
Et puis Bernard ! comment ne pas t’admirer tu es l’exemple, en toute sincérité.

Il n’est pas un catalan qui ne se reconnaisse dans les couleurs et les valeurs,
De ce grand club qu’est l’USAP, vous faites l’admiration d’un peuple uni,
Plus encore, vous vous êtes investis dans le combat de cette maladie avec honneur,
Hommes de cœur sur le terrain, autant pour transformer l’essai sur cette pathologie.

Dans ces tristes couloirs de la souffrance, ces hommes vêtus de blouses blanches,
Ont la même envie que vous, lorsque vous êtes dans ce tunnel menant à la victoire,
L’engagement de l’USAP à mes côtés, me fait savourer cette magnifique revanche,
Votre investissement dans la lutte contre la mucoviscidose n’est pas dérisoire.

Alors parfois quand je suis seul dans ce match de ma vie, sans arrêt de jeu,
Ni mi-temps, sans éponge magique, châtié par les tourments de mon existence,
Je vous sais toujours à mes côtés dans cette mêlée spontanée, ou ce maul vertueux,
Pour relever ensemble les plus grands défis de la guérison et de l’espérance.