La chouette attendait toujours la nuit venue pour se nourrir,
Le mulot quant à lui préférait l’obscurité pour se dégourdir.

Mais voilà qu’un soir, notre chouette fut attirée,
Par notre mulot aux courses effrénées.

Du haut de son chêne, elle l’observa longtemps,
Pour en faire son festin, un long moment.

Naïf mais pas bête, notre mulot, aperçut ce rapace de mauvais augure,
Se souvenant des conseils de sa mère, il ne voulait pas d’une mauvaise aventure.

Notre mulot, craintif, se mit à courir, pour chercher un abri,
Dans le creux d’un arbre, il trouva refuge et libéra ses soucis.

Notre chouette, surprise et désemparée,
Décida d’attendre, pour le croquer.

D’un vol majestueux et silencieux,
Elle s’approcha de l’arbre, au festin délicieux.

Petit mulot qui ne connaissait rien de la vie,
Venait de comprendre qu’elle était trop belle, et il sourit.

Malicieux il décida de ruser, face à son ennemi,
Attendant que le jour se lève pour fuir d’ici

Le soleil éclaira la forêt,
La chouette s’était volatilisée,

Notre mulot, venait de se réveiller,
Il avait enfin gagné.

Que tu sois robuste, intelligent ou fort
La partie n‘est jamais gagnée de prime abord.