Accroché au sentiment d’un homme que j’ai aimé,
En silence ma vie durant, j’ai été martyrisée.
Chaque jour, partagée entre le bonheur et la peur,
Je ne pouvais changer les contours de mon cœur.

Mon corps meurtri a été souvent couvert de bleus,
Et pourtant je n’avais aucune grâce à ses yeux.
Je n’étais pour lui qu’un simple objet désarticulé
J’avais beau me démener, j’étais souvent dominée.

Existence sans raison, ou la honte prédomine
Je n’avais plus de passion, je n’étais plus qu’anodine
Accrochée à de faux espoirs et rompue à ses faiblesses,
Je décidais, un jour de relever la tête avec sagesse.

Rien n’arrêtera ma volonté farouche, la fierté de m’en sortir
Refouler cette horrible destinée, et pouvoir vaincre sans mourir
Tourner une page de ma vie, construire et me reconstruire
Trouver le véritable amour, sans qu’un homme n’arrive à me nuire

En quête perpétuelle d’un certain équilibre, véritable question
L’amour existe-t-il ? Ou est- ce le fruit de certaines désillusions
Pouvoir rejeter les effluves du déshonneur, caresser le bonheur
Voilà mon but inavoué, oublier à jamais tous ces moments de terreur