Merveilleuse fleur annonçant les prémices du printemps,
Luttant contre les derniers frimas d’un l’hiver rigoureux
De ton étincelante couleur jaune tu interpelles le passant,
Claironnant l’espoir d’une maladie aux contours hideux.

Ta trompette pliant ta tige, avance fièrement dans le néant
Offrant une senteur inoubliable d’espérances les plus insensées,
Dans cette existence flétrie par les souffrances et l’isolement
Perdue dans le jardin de la vie, emblème du combat pour la liberté.

Horrible cancer, ton nom raisonne dans les bas fonds des hôpitaux,
Tumeurs métastases, tant de mots atroces bousculant vers l’indicible,
Fleuron de conviction, montres nous la voie pour terrasser les maux,
Pour marcher sur les sentes de la guérison et des joies indescriptibles.

Magique jonquille, telle une icône, nous te vénérons, pour que renaisse
L’espoir qui nous emportera dans les chemins délicieux du simple bonheur
Bonheur de vivre libre sur ce parterre de fleurs, dans une belle ivresse
Alors la vie aura un autre sens, le sens d’avoir vaincu la maladie et nos peurs.