Faut-il être espagnol, pour connaître sa définition où son sens historique,
Faut-il être catalan du nord ou du sud, pour occulter ce fait dramatique,
Faut-il être âgé, pour se souvenir de cet exode massif de républicains
De Républicains espagnols fuyant l’idéologie d’un dictateur inhumain.

Cet hiver là des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ont quittés leur pays,
Pour trouver refuge, sur nos terres, dans l’hiver trente neuf, froid et impi,
Afin d’échapper à la terreur des franquistes, horrible passage de leur histoire,
Emigration indicible ou l’humain est torturé, jusqu’au plus profond de sa mémoire.

Des camps de fortunes installés à Prats de Mollo, Saint Laurent de Cerdans,
Rivesaltes, Argeles ou Saint Cyprien, ils ont été internés dans le département,
Endurant les affres de ce terrible hiver et surtout la peur du lendemain,
Parqués et séparés comme des bêtes, ils n’oublieront jamais leurs destins.

Traversant à pied la frontière, pour quérir asile, sur le sol de notre patrie,
Dans le labyrinthe de notre confort quotidien, pouvons-nous oublier cette tragédie,
Comme les nôtres tombés sur les champs de bataille pour nous donner la liberté,
Nous n’oublierons jamais ces réfugiés espagnols, dans leurs corps blessés et humiliés.

Vingt et un nième siècle où les simples richesses de ce monde ne sont pas appréciées,
Où les simples valeurs ont disparues, laissant place à l’égoïsme et la jalousie exacerbés,
Nous n’oublierons jamais, que certains hommes femmes et enfants, sur nos plages exilés,
Ont souffert au plus profond de leurs âmes, pour que renaisse dans leur pays, la liberté.