Le crépuscule vient de mourir et voilà que déjà tu inondes le paysage,
Tes timides rayons donnent à cette journée, un tout autre message,
Tu éclabousses nos cœurs et nous livres ce désir de croquer la vie,
Balayant s’il en est d’un coup de baguette magique, tous nos soucis.

Authentique magicien, de ta main tu rends déraisonnable ce qui est sage
Pouvoir inexplicable que tu détiens, transformant tout sur ton passage ;
Véritable artiste, sans trompette ni tambour démuni de simples artifices,
Dessinant pour nos yeux, une merveilleuse aquarelle aux couleurs des délices.

Ton extraordinaire pouvoir de séduction, ensorcelle inévitablement la nature,
Rendant beau ce qui est fade, autant le rouge à lèvres de cette belle créature ;
Enchanteur irrationnel, tel le chef d’orchestre tu donnes le tempo de la vie,
Par ta partition millimétrée, tu ne tolères aucun bémol pas même le do-ré-mi.

A ton contact tout se transforme, sublime femme nue, dorée toile d’ébène,
Sur cette plage de sable fin, offerte à mes yeux qui caressent cette sirène ;
La beauté illusoire que tu émets réchauffe la vieille carcasse de ce mendiant,
Prisonnier d’une existence, cent fois rejetée dans les gouffres du néant.

Divin enchanteur que tu es, nous guettons tous les jours ta naissance cosmique,
Pour que tu irradies à ta façon intemporelle notre univers magique et féérique ;
Bousculant nos peurs, nous emportant aussitôt vers les sommets de la beauté,
Etincelant par tes lumières, dans une étonnante communion des sens émerveillés.