Homme courageux et valeureux de notre Roussillon,
Chaque jour durant tu as travaillé cette terre avec conviction.

La casquette vissée sur la tête, malgré la pluie et le vent,
Tu n’as jamais baissé les bras comme au bon vieux temps.

Le visage buriné par tant de labeur et de souffrance,
Souvent partagé entre la peur et l’espérance.

Tu as fait pousser dans nos magnifiques coteaux, ce petit raisin,
Qui deviendra certainement un grand vin.

De Rivesaltes à Maury,
De Collioure aux berges de l’Agly,

Il n’est pas un pan de terre où tu ne bichonnes cette vigne,
A la force de tes bras, tout en restant digne.

Tout en restant digne devant ces bureaucrates,
Qui prennent notre vin pour du picrate.

Toi valeureux vigneron, tu peux être heureux,
Tourne la tête à ces gueux.

Ton vin, celui du Roussillon,
Tu peux en être sûr, nous l’adorons.