Dans ce monde où la liberté est la référence anoblie de l’être humain,
Où l’esclavage et la servitude du temps jadis ont été à tout jamais bannis,
Où bien des pays prônent la démocratie, comment ne pas s’insurger avec émoi,
Que dans notre cher vingt et un nième siècle certains états bafouent ces droits.

Ces droits de l’homme ridiculisés par les apparatchiks chinois, véritable ignominie,
Toisant outrageusement la face du monde, en toute impunité, authentique parodie,
Commettant des violences au Tibet, sous le regard des politiques de la planète,
Violant les droits les plus élémentaires pour prêcher une diplomatie esthète.

Les dirigeants chinois ont instauré depuis bien longtemps la liberté surveillée,
Imposant à leurs citoyens la soumission parfois même avec une violence médiatisée,
Comme cet étudiant courageux bravant les chars de la dictature place Tian’ Anmen
A Pékin capitale des jeux olympiques et d’une liberté ballonnée sans aucune fin.

Comment ne pas se révolter, sur le silence pesant des diplomates de cette terre,
Souriant avec complaisance à ces dictateurs ventripotents d’une idéologie primaire,
Haranguant le totalitarisme à la face des plus puissants sans aucune vergogne,
Les valets de la honte, accompliront impunément leurs horribles et sales besognes.

Combien de temps faudra t’il encore pour que l’autre mur de la liberté tombe en Asie,
Chine, Corée du Nord, Birmanie, infamie de ces appareils d’état aux rouages vernis
Humiliant jusqu’au plus profond de leurs contrées, la pseudo démocratie bafouée,
Frères lointains aurez vous la faculté de vivre un jour sans vos entraves rouillées.