Je ne vous connais pas, et vous êtes une référence,
Un homme de devoir, de conviction, travailleur inlassable,
Un humaniste offrant sa vie pour les autres, une vraie croyance,
Vos convictions sur cette maladie sont intarissables.

Vous avez fait de la mucoviscidose, votre combat le plus ardu,
Sant mot dire, nous aussi nous sommes engagés dans cette bataille,
Suspendus également aux résultats de vos recherches éperdues
Nous renversons encore nos simples aprioris vaille que vaille.

Monsieur le Professeur, dans cette vie parfois inique,
Vous nous apportez par votre charisme et vos certitudes
Cette note d’espoir qui bouscule notre rêve platonique,
Le malheur de cette terrible maladie, ne sera plus une habitude.

Monsieur le Professeur, chaque jour vous rejetez notre désespoir
Pour afficher sereinement vos progrès dans cette pathologie,
Pour nous transporter ensemble sur le panthéon de l’espoir,
Sur les marches sacrées de la guérison, ce moment d’anthologie.

Monsieur le Professeur, nous vous devons un immense respect,
Le moment viendra, où cette maladie ne sera plus injuste,
Où les affres de l’existence seront balayées à jamais,
Pour voir rejaillir en nous les rires et les joies quoi de plus juste.

Merci Professeur !