Au cours de ma vie,
Un beau jour tu as surgis.

Toi terrible blessure,
Tu étais là, telle une imposture.

Je n’avais rien fait, rien demandé,
Presque sournoisement, tu t’es imposée.

J’avais beau me démener,
Inlassablement, essayer de t’oublier.

Tel un phare dans la nuit, de temps à autre tu surgissais,
Pour me rappeler que le passé venait en quelques instant me rattraper.

Toi terrible blessure, tu frappes n’importe où,
Qu’il soit honnête, sincère, courageux ou doux.

Maintes fois, j’ai pesté contre Dieu et ses Saints,
De m’avoir touché dans mon destin.

Faut-il espérer qu’un jour,
Je puisse t’oublier pour toujours.